Une énième conférence européenne sur le climat

Lors de leur dernier sommet, séminaire les dirigeants européens expliqueront comment faire face à la crise climatique. La Pologne et la République tchèque ont également pris la tête d’une action minoritaire contre un objectif d’émissions de carbone nul pour 2050. Réunis à Bruxelles, les dirigeants européens débattront du rôle de l’UE dans la gestion de la crise climatique qui menace d’aggraver considérablement les risques de sécheresse, d’inondations, de chaleur extrême, de pauvreté et de destruction de la faune et de la flore sauvages dans le monde entier. Les diplomates estiment que l’UE n’acceptera probablement pas un engagement de réduction des émissions de dioxyde de carbone pour 2050 lors de la réunion de jeudi, mais ont bon espoir que le bloc indiquera qu’il va dans cette direction, via son communiqué du sommet. Selon le Guardian, l’UE devrait «faire avancer les travaux sur les conditions, les incitations et le cadre propice à mettre en place, afin de déterminer la transition vers une UE climatiquement neutre à l’horizon 2050, qui préservera la compétitivité de l’Europe, être juste et socialement équilibré », tout en tenant compte des priorités nationales des États membres. circonstances et le droit de choisir leur propre bouquet énergétique.

Le libellé pourrait également être ajouté au plan quinquennal de l’UE, qui avait été critiqué plus tôt ce mois-ci pour son manque d’urgence quant à l’ampleur de la crise climatique. Un haut diplomate de l’UE a déclaré que le débat entre les États membres avait considérablement évolué depuis les discussions précédentes de mars, lorsque les pays étaient « très divisés ». Il semblerait que la Pologne et la République tchèque résistent à l’objectif de 2050, mais la Slovaquie a levé son opposition et divisé le groupe de Visegrád en Europe centrale. « Nous ne faisons toujours pas l’unanimité, mais une majorité écrasante d’États membres, y compris des États membres auxquels vous ne vous attendriez jamais d’être prêts à accepter un tel objectif, vont dans cette direction », a déclaré le diplomate. D’autres sources ont déclaré qu’il était peu probable que l’UE convienne d’un objectif d’émissions nettes nulles à l’horizon 2050, soutenu par au moins 18 pays, dont les plus grandes économies, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne. Mais Les diplomates espèrent que l’UE pourra prendre cet engagement dans le cadre d’une stratégie à long terme, qui sera soumise aux Nations unies au début de 2020. L’UE, qui aime se vanter de ses qualités écologiques, est sous pression pour s’engager à atteindre un objectif d’émissions de carbone nettes en 2050 avant le sommet crucial des Nations Unies sur le climat, qui se tiendra en septembre. Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, revue du séminaire souhaite que le sommet mette le monde sur la voie d’une limitation du réchauffement climatique à 1,5 ° C – une aspiration non contraignante de l’accord de Paris de 2015.

Le séminaire Cicéron

Cicéron fut connu comme homme politique, avocat et orateur pendant une bonne partie de sa vie. qui, malgré ses humbles origines, a atteint la prééminence parmi les conservateurs Aristocratie romaine. Dans sa jeunesse, il avait voyagé et étudié en Grèce et avait Il a manifesté un intérêt marqué pour la philosophie tout au long de sa vie publique. Il a maintenu amitiés avec des philosophes de toutes les grandes écoles, mais il a fallu attendre sa sa retraite, se retrouvant dans le désert politique, qu’il a consacré sa dernière années à traduire de grandes parties du corpus grec en latin. Une grande partie de notre connaissance L’avancée de la pensée grecque est due aux traductions de Cicéron et il reste un source pour étudiants en philosophie hellénistique. Parmi les nombreux ouvrages de Cicéron, le plus important est son Academica, sur possibilité de certaines connaissances, les De Finibus et De Officiis, dans lesquelles il les fins de l’action humaine et les règles de bonne conduite, le Tusculan Des discussions sur les problèmes de bonheur, de douleur, les émotions humaines et la mort, et sur la nature des dieux et sur la divination, tous deux concernés par la théo- questions logiques. Principalement produite au cours des deux dernières années de sa vie, la philosophie de Cicéron comprend un mélange de scepticisme dans la théorie de la connaissance et de stoïcisme en éthique. Il était largement critique de tout ce qui est épicurien. Bien qu’il maintienne une revendication de l’originalité de sa pensée, les dialogues de Cicéron sont principalement un « pick and mix » des trois grandes écoles philosophiques grecques. Ce n’était ni par accident, ni par vu. Cicero a estimé que la langue latine plus moderne pourrait résoudre et clarifier problèmes de la philosophie grecque, tout en la rendant plus attrayante pour une société moderne. public. Dans cet objectif, Cicéron est largement considéré comme ayant réussi. Le philosophique vocabulaire inventé par lui est responsable du latin devenant le premier philosophe langue sophistiquée par rapport au grec: malgré l’invention des langues modernes, le latin maintenu la langue principale de philosophie jusqu’à la Renaissance. Même La très influente Méditations sur la première philosophie de Descartes, publiée en 1641, a été écrit en latin et traduit plus tard en français. Sa plus célèbre conclusion «Cogito ergo sum» (généralement traduit par «je pense donc je suis») est encore aujourd’hui désigné dans les écoles philosophiques par son nom latin, «le Cogito». Bien que la philosophie n’utilise plus le latin comme langue maternelle, beaucoup de ses termes philosophiques sont encore dans l’emploi commun aujourd’hui. Phrases latines telles que a priori (signifiant ‘préalable à l’expérience’), a posteriori (dérivé de l’expérience), tiori (encore plus), reductio ad absurdum (réduction à l’absurde), ceteris paribus (une mise en garde signifiant «toutes choses égales par ailleurs»), ne sont pas seulement dans la philosophie commune. usage sophistiqué mais aussi, dans certains cas, fixer l’ordre du jour du développement philosophique. Bate. Par exemple, le grand débat entre empiristes et rationalistes (voir Locke et Leibniz, respectivement) est principalement un débat quant à savoir s’il peut y avoir un tel comme une connaissance a priori – comme le soutiennent les rationalistes – ou si toute la connaissance est a posteriori, en d’autres termes, dérivé de l’expérience. En logique et en philosophie Logique sophistique, les termes latins restent d’usage courant et répandu.

Pourquoi les nouvelles technologies sont aimées

Jeudi dernier, lors d’un séminaire à Helsinki, séminaire entreprise une réunion s’est efforcée de démontrer à quel point celles-ci sont majoritairement stigmatisées. C’est qu’elles insufflent souvent de troubles sociaux. Par exemple, le télégraphe a perdu son intérêt quand est apparu le téléphone. Le frigo a mis un terme au laitier, etc.
Un intervenant a fait une démonstration pour montrer cette double nature du progrès. Il s’est pour cela appuyé sur un objet du quotidien, qui est selon toute probabilité non loin de vous alors que vous me lisez : le smartphone. Un objet qui fusionne un téléphone, une gigantesque bibliothèque musicale, un appareil photo et un petit ordinateur. Le smartphone est non seulement moins encombrant, mais il présente égalementune meilleure qualité, ne nécessite pas autant d’assemblage et réclame moins de matériaux. a été une calamité pour nombre d’entreprises importantes : producteurs de disques vinyles ou de CD, revendeurs, producteurs d’appareils photos ou de téléphones fixes. En ce qui concerne la productivité et de travail dans ces industries respectives, le smartphone a été un drame complet. Cependant, en éliminant tous ces appareils, il a amélioré nos conditions de vie. C’est là tout « le paradoxe de l’innovation ». Les innovations déclenchent une mutation ainsi qu’un accroissement du niveau de vie mais mettent tout d’abord les industries à des problèmes ; elles produisent d’importantes pertes ou les amènent même parfois à disparaître. La croissance du capital apparaît seulement à long terme ; à court terme, ce sont davantage les impacts nuisibles qui s’imposent : certains salariés de certaines industries obsolètes perdent leur emploi suite à la concurrence. Le laitier perd son travail lorsque le public acquiert un réfrigérateur; Les librairies sont les premières victimes de l’ebook. Easyjet secoue le marché de l’aviation avec un autre modèle économique… Ceux qui essuient les plâtres de la lutte en matière d’innovation livrent essentiellement les nouvelles technologies. C’est pour cette raison que le progrès, en dépit de son indubitable utilité, est au départ couramment identifié comme un recul.
Il ne faut pas négliger l’autre face de la médaille : la mise en place de la nouvelle technologie mène évidemment de bouleversements et conduit des travailleurs de leur gagne-pain ; mais la nouvelle technologie développe de nouveaux emplois. Ce séminaire à Las Vegas m’a procuré une toute autre perspective sur l’actualité.

Un séminaire comme au cinéma

Certains films valent autant pour leurs acteurs que pour leurs paysages. Qui n’a pas été marqué par les sublimes panoramas du film Out of Africa, par exemple ? Ou par les vues vertigineuses de Nouvelle-Zélande dans le Seigneur des anneaux ?
Cependant, une grande partie de la magie cinématographique est créée en studio. Il existe heureusement d’excellents musées et visites de studios qui permettent aux cinéphiles de goûter à la magie des films un peu partout dans le monde. Voici huit expériences incontournables pour tout cinéphile globe-trotter.

Le making-of de Harry Potter, Londres
Estimée à 25 milliards de dollars, la franchise Harry Potter de J.K Rowling a vendu quelques 450 millions de livres, produit huit films et, finalement remporté en 2017 un Oscar pour les costumes dans la préquelle « Les animaux fantastiques ». Il n’est donc pas surprenant que plus de neuf millions de moldus (ou sorciers anonymes) soient passés par le studio Leavesden où les huit films originaux de Harry Potter ont été tournés de 2000 à 2010. Le studio est toujours si populaire que les clients réservent généralement leurs billets trois mois à l’avance.
Pendant une décennie de tournage dans les studios à 20 miles au nord-ouest de Londres, quelque 588 décors et accessoires ont été stockés pour d’éventuelles ré-opérations. Warner Bros. a acheté le site de Leavesden en 2010, investissant 152 millions de dollars pour en faire l’un des studios les plus grands et les plus avancés au monde. La visite du studio a débuté en 2012.
Le Grand Hall de 400 places au « Warner Bros Studio Tour Londres: le making-of de Harry Potter » est si réaliste que l’auteur de Harry Potter, J.K. Rowling, a dit que cela lui donnait l’impression de « marcher à l’intérieur» de sa propre tête. D’autres ensembles incluent une partie du pont de Poudlard et le château miniature de Hogwarts construit par 86 artisans.
Le bureau de Dumbledore y abrite toujours le placard à pensine rempli de plus de 800 flacons étiquetés à la main, des étagères de livres d’astronomie reliés en cuir (en réalité de vieux annuaires britanniques) et la fameuse épée de Gryffondor.
Les invités peuvent y profiter d’une bièraubeurre et monter un balai devant un véritable écran vert et être ainsi immortalisés dans l’équipe de Quidditch de Poudlard. Un rêve pour tout fan de la saga !

Bollywood Tours, Mumbai
Faisant plus de 140 millions de dollars aux États-Unis, « Slumdog Millionaire » a remporté huit de ses 10 nominations aux Oscars. Il décrit la façon dont un jeune homme a fui les bidonvilles indiens de Mumbai en gagnant un célèbre jeu télévisé.
Pour autant, un cinéphile ne fuit pas Mumbai : il y court au contraire, car Mumbai est aussi l’endroit où l’on trouve Bollywood, le plus grand producteur de films au monde. Comme un bon vin, il défend son patrimoine : pour être qualifié de film Bollywood, un film doit être tourné en hindi par une équipe de Film City Mumbai.
Pour autant, se rendre à Film City pour découvrir son complexe de studios, de backlots et de décors extérieurs, exige de l’organisation.
Mumbai Film City propose trois visites différentes. La première, en autobus, permet d’admirer les sites d’intérêt de Bollywood ; la seconde, le Live Shooting Tour de la compagnie, s’arrête sur un lieu de tournage, et les invités peuvent y voir Deepika Padukone ou Shah Rukh Khan devant les caméras. La tournée Bollywood Dream explore quant à elle la post-production, les effets sonores et le doublage avec la possibilité de s’essayer au karaoké pour évaluer son potentiel dans le domaine.
Les studios S.J. offrent aux fans de Bollywood une visite surprenante. Comme les films sont tournés en MOS (sans son de synchronisation) et sont doublés plus tard, les visiteurs peuvent y voir un drame judiciaire sur un côté de la scène pendant qu’un homme mourant est opéré de l’autre côté.

Barrandov Studio, Prague
Fondé dans les années 1930 pour promouvoir l’industrie cinématographique tchèque naissante, Barrandov Studios est arrivé sur la scène hollywoodienne en 1985, lorsque Miloš Forman a remporté huit Oscars après avoir créé « Amadeus ».
Aujourd’hui, grâce à des incitatifs fiscaux et aux superbes sites gothiques, renaissance et baroques de Prague, plus de 2 500 films ont utilisé les 13 décors répartis sur 520 000 mètres carrés.
Barrandov est réputé pour ses techniciens de classe mondiale, charpentiers et artisans spécialisés dans les productions historiques. Plus de 500 000 costumes de toutes les époques comprennent les costumes de Daniel Craig de son premier tour de James Bond, « Casino Royale »; et les robes de Marion Cotillard, lauréate d’un Oscar pour « La Vie en Rose ».
Le Filmpoint Center, situé dans le bâtiment principal, teste les connaissances des visiteurs en matière de cinéma grâce à des expositions d’effets spéciaux, un atelier de construction et une salle de maquillage. Dans le vestiaire des stars, des vêtements et des accessoires sont disponibles pour les selfies.
Pour en savoir plus sur « Mission Impossible », la trilogie « Jason Bourne », « Van Helsing » et bien d’autres favoris, optez pour la visite Prague Cinematic tour d’une journée entière, qui vous permet de visiter le studio Barrandov et le Musée Karel Zeman, qui présentent des innovations des plus grands films tchèques.
Après cette immersion technique, il est possible de faire une visite guidée à pied de 20 lieux populaires, puis d’embarquer sur un bateau pour découvrir le rôle principal de la rivière Vltava dans des dizaines de blockbusters.

Musée de l’image en mouvement, New York
Ce musée est à un pâté de maisons des Studios Kaufman Astoria, où les gagnants des Oscars de Groucho Marx à Harrison Ford ont travaillé, et où « Orange is the New Black » et « Sesame Street » sont tournés.
La mission principale du musée est l’inspiration : les visiteurs peuvent en effet s’exprimer dans différentes activités interactives, en synthétisant par exemple des partitions de films, en concevant des effets sonores ou en expérimentant des animations. L’exposition de base du musée met en évidence la technique, suivie d’exemples concrets : marchandises sous licence, jeux vidéo, webisodes et plus encore. Après avoir exploré le processus de création, de promotion et de distribution de n’importe quel type d’image en mouvement, les visiteurs peuvent acheter un livre imprimé de scènes les mettant en vedette eux-mêmes.
Les fans de Jim Henson, créateur des personnages emblématiques de « Sesame Street » et des « Muppets », seront impressionnés par la collection de près de 500 dessins, costumes, objets de collection et historiques de Kermit la grenouille, Peggy la cochone, et Elmo. Les Trekkies seront quant à eux au-delà de l’espace (frontière de l’infini) en découvrant les figurines d’action, les jouets, les articles ménagers et les fan zines des franchises télévisées et cinématographiques « Star Trek ».
Parmi les raretés du musée, on peut par exemple citer la prothèse dentaire qui a donné à Marlon Brando ces fameuses joues dans les films « Le parrain » (pour lequel il a remporté l’Oscar du meilleur acteur et pour lequel son équipe de maquillage n’était même pas nominée).

Museo Nazionale del Cinema, Turin, Italie
Rappelez-vous le gagnant de l’Oscar 1990 « Cinema Paradiso » sur un jeune garçon qui regarde des films avec le projectionniste local et grandit pour devenir un célèbre réalisateur.
De la même manière, le Musée national du cinéma met en lumière et conserve des artefacts et des chefs-d’œuvre du cinéma italien depuis la création jusqu’à l’Oscar de Paolo Sorrentino « La Grande Bellezza » et bien au-delà.
Dans son trésor de 1,8 million d’articles, les visiteurs reconnaîtront facilement les affiches de Fellini, les portraits de Sophia Loren et la musique de brillants compositeurs comme Ennio Morricone.
Le musée est situé de manière spectaculaire dans la Mole Antonelliana, une synagogue de la fin des années 1800 dotée d’un dôme de marbre de 170 mètres de haut utilisé comme écran de cinéma. Le lobby rempli de fauteuils inclinables a attiré près de neuf millions de visiteurs depuis 2000.
Les invités peuvent monter sur plusieurs niveaux, chacun plein de souvenirs, de garde-robes et d’icônes cinématographiques impressionnantes. Les voyageurs apprécieront l’état de l’art du musée. Massimo est l’un des rares théâtres en Italie à présenter des nominés aux Oscars dans leur langue d’origine.

Les Hobbits de Nouvelle-Zélande
Grâce aux franchises à plusieurs milliards de dollars du « Seigneur des Anneaux » et du « Hobbit », l’industrie cinématographique est devenue en Nouvelle-Zélande une attraction touristique incontournable pour les fans de Tolkien.
Tolkienistes commencent leur pélerinage à la verdoyante Hobbiton Movie Set, à environ deux heures d’Auckland. Ils peuvent y explorer l’un des 44 trous de hobbit et notamment Bag End, sans oublier de visiter le chêne reconstruit avec ses feuilles synthétiques. Les fumeurs d’herbe à pipe peuvent ensuite prendre une bière au gingembre au Green Dragon Inn, où Bilbo Baggins a rencontré Gandalf et les Nains. Les guides expliquent où les scènes ont eu lieu et quels ensembles ont été réaménagés et rendus permanents pour les Hobbits.
Mais le voyage initiatique en Terres du milieu ne s’arrête pas là. L’empire créatif de Jackson se trouve à Wellington, ou Wellywood, à la pointe sud de l’île du Nord. Ayant grandi en améliorant ses films Super 8mm avec des effets, Jackson et ses partenaires ont utilisé Weta Digital pour concevoir la plupart des 2730 effets pratiques et numériques oscarisés pour les premières épopées du Hobbit. Weta Cave est l’occasion pour le public de déconstruire ces effets visuels et de comprendre à quel point ils contribuent aux films, aux jeux vidéo et aux promenades dans les parcs à thème.
Des visites guidées de 45 minutes présentent en outre les accessoires fantastiques, les armes, les armures et les véhicules conçus et fabriqués en interne pour « King Kong », « The Chronicles of Narnia » et la série « Thunderbirds Are Go ». Les visiteurs peuvent y jeter un coup d’œil à travers les fenêtres pour voir des modélistes, des animateurs informatiques et des compositeurs au travail.
Pour jeter un coup d’œil sur les 150 sites pratiques de la Terre du Milieu qui présentent les paysages remarquables de la Nouvelle-Zélande, dirigez votre communauté vers l’île du Sud et rejoignez les visites guidées, qu’elles soient à pied, en bus, en bateau ou en hélicoptère.

Le Hollywood Museum, Los Angeles
Impossible de ne pas inclure dans cette liste un des nombreux trésors cinématographiques d’ont regorge Hollywood. Juste à côté d’Hollywood Boulevard, dans le siège social original de Max Factor, le Hollywood Museum abrite les gants de boxe de Rocky, la cellule d’Hannibal Lecter et le Juvenile Academy Award de Margaret O’Brien – l’un des 12 Oscars demi-taille jamais décernés.
En parlant des Oscars, justement : est-ce que 225 pays connaîtraient les Oscars si ce n’était pas pour Hollywood ? Préservant le mythe autant que le lieu, le musée du cinéma de Los Angeles mérite bien un détour, surtout pour ceux qui ont l’âge de se rappeler les jours les plus glamours de cette industrie. Scripts, affiches vintage, clips et costumes portés par Elvis, Leo, Beyoncé et d’autres s’ajoutent à des expositions sur l’histoire de l’industrie et du fameux Walk of Fame.
Les cinéphiles et les coiffeurs recevront un grand coup de pied dans les vestiaires restaurés de Max Factor, comme la salle Red Heads où Lucille Ball a obtenu son top carotte et la Blonde Only Room où Marilyn Monroe et Jean Harlow ont été retouchés.

Un séminaire à Miami: le renouveau

Miami a longtemps été une destination où l’argent et les gens ne faisaient que passer, le temps d’embarquer pour une croisière à bord d’un grand paquebot. Mais cette époque est désormais révolue : la ville a développé de nombreux atouts pour inciter ses visiteurs à rester quelques jours, une semaine… voire le reste de sa vie. On vous présente aujourd’hui son plus bel atout : Miami Beach.

Il y a peu de temps, Miami Beach était le lieu « où les néons allaient pour mourir », pour reprendre l’expression de Lenny Bruce. L’apogée de Sinatra et Monroe en 1950 a été remplacée par l’époque des vols bon marché vers les Caraïbes et la conversion de quelques pâturages d’Orlando en un lieu appelé Walt Disney World. Les touristes ont disparu de Miami, le développement de la ville s’est arrêté, et la situation a rapidement empiré. « Miami » est devenue synonyme de « Vice ». L’émission télévisée emblématique aux couchers de soleil brumeux, aux flics corrompus et au trafic de drogue dope se basait sur une vérité brute. Le Miami d’origine a été mangé de l’intérieur au début des années 1980 en devenant la porte d’entrée idéale pour les consommateurs sud-américains. Le seul glamour qui restait à la ville en 1989 était un quartier Art Déco et la fameuse pointe sud de Miami Beach.
Mais la ville a su renaître et se rénover complètement, et elle est désormais plus séduisante que jamais. Les bâtiments sur South of Fifth Street offrent les meilleures vues sur la ville. Les grues se découpent dans le ciel un peu partout et de nouveaux restaurants semblent ouvrir chaque semaine. Historiquement une ville en plein essor, Miami avait l’habitude de s’allonger et de faire le mort après un accident. Mais en 2008, il réagit à la crise financière en se récompensant avec : de nouveaux musées, un stade, l’espace New World Symphony (conçu par Frank Gehry) et d’innombrables tours de bureaux, Art Basel Miami Beach. Les bâtiments de Miami Beach sont peu à peu transformés eux-mêmes en œuvres d’art. Les noms attachés à la nouvelle skyline témoignent de l’ambition qui l’accompagne : Rem Koolhaas, Norman Foster, Zaha Hadid, Richard Meier et Herzog & de Meuron (lauréats du Prix d’architecture Pritzker) y réalisent tous des projets.

L’homme avec le plus d’ambition de tous est sans doute Alan Faena. Alors que d’autres construisent des hôtels ou des appartements, le promoteur argentin crée un quartier entier : le quartier de Faena. Si celui-ci a bien un hôtel (le Faena Hotel Miami Beach) , ce n’est que l’une des nombreuses constructions architecturales dans son rayon de six pâtés de maisons. Pour donner une idée de l’ampleur du projet : c’est comme si Soho House ouvrait à Londres…
Ce n’est pas la première fois que Faena travaille à une telle alchimie urbaine. Dans son quartier natal de Buenos Aires, il a acheté un morceau négligé de Puerto Madero et l’a transformé en l’un des quartiers les plus brillants de la ville, avec un hôtel conçu par Philippe Starck et un centre artistique basé dans un ancien moulin.
Ses plans pour Miami sont cependant encore plus grandioses. L’homme considère son quartier comme « un lieu unique, un lieu utopique où les meilleurs esprits du monde ont la liberté de réfléchir ». Sa version d’Utopia se situe de chaque côté de Collins Avenue, entre la 32e et la 35e rue de Mid-Beach, l’une en direction de l’océan Atlantique, l’autre se déversant dans les eaux d’Indian Creek. Le front de mer est le domaine de Norman Foster avec Faena House, une tour résidentielle avec des terrasses enveloppantes et un penthouse de 35 millions d’euros. A quelques pas de là se trouve l’étonnant centre d’arts Faena Forum de Rem Koolhaas. De l’extérieur, c’est un tambour blanc éblouissant et un cube percé de hautes fenêtres. A l’intérieur, c’est une version flexible du Panthéon, capable de déplacer ses murs pour accueillir des expositions, des concerts et même des débats politiques.
Mais c’est au Faena Miami Beach Hotel que Faena s’est associé à ses collaborateurs les plus surprenants : Baz Luhrrnann et Catherine Martin. Le réalisateur de Great Gatsby et sa femme créatrice de mode ont transformé l’ancien hôtel Saxe en un fantastique cinéma de 169 pièces. La propriété possède même son propre théâtre Art Déco, qui ne manquera pas d’attirer les meilleurs artistes. Un des restaurants est supervisé par Francis Mallmann. Formé à la française, le chef argentin est revenu à ses racines et s’est construit un nom en cuisinant la meilleure viande dans un pays obsédé par le steak. Et de l’autre côté de la rue se trouve le deuxième hôtel du quartier, le très funky Casa Claridge’s, avec ses orchidées roses, sa cour verdoyante et ses installations artistiques époustouflantes.

Faena n’est pas seul à soutenir Miami Beach. Ian Schrager, le plus New Yorkais des New Yorkais, pense même que la ville vit un « changement de paradigme ». Le fameux hôtelier le sait d’expérience : il a vu la renaissance de la ville avant tout le monde. En 1992, Schrager a en effet réalisé un petit pari qui s’est avéré payant, en lançant le Delano, qui à son tour a été massivement imité. Boutique, design, élégant et décontracté, c’était le premier nouvel hôtel à ouvrir à Miami Beach en près de 40 ans. Il a donné au beau monde un endroit pour se reposer pendant la journée et se préparer aux longues nuits dans les clubs de Miami. Grâce à Schrager, le hall est passé d’un espace pour ranger ses bagages à l’endroit où se déroulent les cocktails et les réceptions. Deux décennies plus tard, Schrager est de retour à Miami Beach avec un autre hôtel et sa Miami Beach Edition est la métaphore parfaite du récent développement de la ville. Il est reconstruit plutôt que construit, assis à l’intérieur du squelette de Séville, l’un des hôtels géants des années 1950 à une époque où les dames en étoles de fourrure mettaient leurs enfants au lit avant de partir écouter le crooner Dean Martin. Des allusions au passé y subsistent d’ailleurs (tel l’élégant bar rouge Matador), ainsi qu’un lien avec l’héritage de la ville (la musique est composée par le DJ Jauretsi de Miamibom, qui a sauvé des disques du restaurant cubain de ses parents pour créer un paysage sonore qui n’est jamais loin de La Havane). Du bar, l’on profite d’une vue imprenable sur l’océan. Les hôtels de Miami Beach sont souvent aussi animés après minuit qu’avant. Après que l’horloge ait sonné les douze coups, il est ainsi possible de descendre au sous-sol pour profiter de la patinoire, de la piste de bowling et de la discothèque. Le néon et le bois fusionnent parfaitement et chaque détail, jusqu’aux boules de quilles peintes avec des nus commandés par des artistes de New York et de Los Angeles, est magnifiquement pensé.
La plage n’est pas en reste : près d’un million de dollars de roches ont été expédiées pour former un petit brise-lames afin que les clients puissent encore nager par une chaude journée.

Un peu plus au sud se trouve le Metropolitan par COMO. Si la plupart des hôtels de Miami Beach sont animés, celui-ci est une véritable oasis de fraîcheur. Vous ne trouverez aucun DJ au bord de la piscine, et même pendant l’Ultra Music Festival de Miami en mars, vous y verrez beaucoup de tumbleurs profitant de la tranquillité et du service impeccable. Le sentiment de sérénité est encore accru par la piscine relaxante sur le toit. Les chambres ont elles aussi une ambiance décontractée mêlant murs vert menthe, sols monochromes et miroirs givrés.
Les gens ont tendance à penser à Miami Beach et Miami comme une seule et même chose, mais en fait, ce sont deux villes différentes, séparées par quatre ponts. Miami Beach a été créée il y a 100 ans. Ayant échoué en tant que plantation de noix de coco et d’avocat, ce banc de sable magnifique est rapidement devenu une destination de vacances avec une série de petits hôtels. En dix ans, la ville en pleine croissance a reçu sa première visite présidentielle : Warren Harding y passa en effet en vacances en 1921. Pour l’accompagner dans son tour de golf, on lui donna pour caddie un éléphant de trois tonnes appelé Rosie. Le genre d’extravagance propre à Miami Beach…

Une conférence pour restaurer la paix en Syrie

Les Assads ont été reconnus pour avoir maintenu la fermeté de leur pays. À l’intérieur des deux générations qui avaient précédé le besoin de pouvoir, il y avait eu plusieurs coups d’Etat dans l’armée; La CIA a pris de nombreuses initiatives pour mettre en place des experts américains, des dirigeants anti-soviétiques à la fin des années 1940 et 1950. La Syrie était un acheteur soviétique après la prise de contrôle de Hafez al-Assad en 1970, établissant ainsi son partenariat avec la fédération de Russie. Hafez s’est gardé des challengers en installant des membres de sa secte minoritaire alaouite dans des rôles de haut niveau au sein du gouvernement, des services militaires, parallèlement à un énorme service de sécurité. Sa célébration a intégré des lignes directrices sur le bien-être quasi-socialiste, mais après le glissement en Union soviétique, il a commencé à libéraliser l’économie. Après avoir obtenu son lieu de travail en 2000, Bashar al-Assad a mis fin à l’exclusion de son père sur un poste de télévision par satellite et a supprimé les limitations en ligne. Celles-ci étaient considérées comme des symptômes de l’ouverture de cette nation. Les Syriens ont eu de l’espoir. Au cours de ce qu’on a appelé la saison du printemps de Damas, environ 1 000 intellectuels et militants ont autorisé une déclaration appelant à des réformes politiques. La routine a répondu avec des arrestations et des risques à travers la police secrète. Néanmoins, de nombreux Syriens pensaient qu’Assad voulait un autel, mais il a été présenté à l’arrière avec la vieille garde du régime. Son apparition physique le 30 mars 2011 a été l’occasion d’admettre les faiblesses de son gouvernement, de faire de véritables concessions et de rendre publiques des élections qu’il aura très probablement gagnées. Malgré tout, sa conversation de 45 secondes ne portait pas sur les griefs soulevés dans les rues, mais sur la «grande conspiration» visant à déchirer son pays de côté. Il a tenu pour responsable les troubles sur les adversaires syriens, qui « travaillent quotidiennement selon une approche préparée, systématique et technologique ». Ces ennemis, a-t-il expliqué, ont eu à déployer de fausses informations et de fausses photos faites pour ressembler aux soulèvements du printemps arabe. Ses affirmations seraient relayées par une chaîne de télévision qui a prétendu à tort que le groupe Al Jazeera, structuré au Qatar, possédait des répliques de lieux syriens où les réalisateurs américains et français avaient en réalité l’intention de filmer des manifestations frauduleuses. Il s’agissait d’une révision de la stratégie médiatique factice, amplifiée par les comptes de télévision express russes et les comptes de crédit de la presse sociale, qui détournerait l’inspection des crimes de votre régime en transformant des théories du complot. « Enterrer la sédition est en fait une obligation nationale, morale et spirituelle », a déclaré Assad lors de la clôture de sa conversation. «Tous ceux qui peuvent l’enterrer et n’en font pas partie en font partie… Il n’y a aucun moyen d’abandonner ou de centrer par là.»

Faut il briser les Big Techs

Ce printemps, séminaire Amazon. com faire quelque chose d’extrêmement non-amazonien. Parmi de nombreux types de produits ou de services bien connus, des batteries aux aliments pour nouveau-nés, le géant des magasins de vente au détail déconforte les promotions de marketing hostile pour ses entreprises de marques de distributeurs, qui rivalisent avec – et sont en réalité très proches des clones des produits des marchands indépendants. Cela avait été une escapade inhabituelle pour une société qui n’aime normalement rien de plus que d’utiliser chaque arme de son importante collection pour anéantir ses concurrents. Pensez-y au résultat d’Elizabeth Warren. Au milieu de la méfiance grandissante des plus grandes entreprises de techniciens et de leur rôle démesuré dans le climat économique et la vie quotidienne de votre communauté, la candidate démocrate à la présidentielle est bien différente de votre seule politicienne à exiger un contrôle plus strict. Même le président Trump a blâmé Amazon en ligne d’être un « monopole de non-taxation », avec son fantastique paiement de la Federal Business Commission, créant une pression technique « pour s’assurer que les clients profitent des avantages d’une rivalité totalement libre et raisonnable ». Néanmoins, Warren propose de détruire les moteurs de recherche, Apple inc, le marché en ligne d’Amazon et Fb – en invoquant le motif qu’ils «pourraient nuire aux petites entreprises et freiner leur avancement» – contenant l’imagination prise et les lignes de tête en papier. Dans Hill Regardez et Menlo Park votre voiture, ils sont tout d’un coup en sueur via leurs hoodies. D’où le compromis avec Amazon. « Ils tentent de sortir en observant les problèmes et à désamorcer toute solution réglementaire », déclare l’économiste Hal Performer de Georgetown School et des experts économiques inclus. Pour Performer, dont le fonctionnement a affecté les propositions de couverture des sénateurs, parmi lesquels Mark Warner et Al Franken, cela avait été une indication encourageante. Tag Zuckerberg, PDG de Facebook ou de Twitter, qui, après des années de lobbying contre le contrôle des autorités, a récemment demandé aux législateurs de déterminer la réglementation des sols pour « contenu préjudiciable » afin que des entreprises comme la sienne ne doivent pas les façonner. par eux-mêmes. Des concessions telles que celles-ci proposent que nous puissions maintenir les titans électroniques à l’abri des concurrents sans avoir à recourir à des mesures sévères. C’est très bien, car il y a de nombreuses bonnes raisons de se méfier de l’idée de démanteler une technologie majeure. D’une part, ce type de confiance ne résout pas le problème réel: les administrateurs système abusent de leur domination totale sur ce qui est devenu pour beaucoup un lieu de travail indispensable. « Lorsque vous faites face à des monopoles biologiques, vous devez vous priver de la capacité remarquable d’exploiter leur pouvoir sur un secteur », affirme Barry Lynn de l’Open Marketplaces Institute. La scission de la procédure e-business d’Amazon en examinant la division des services de cloud computing n’aiderait pas beaucoup les anciens fournisseurs qui se considèrent eux-mêmes comme des personnes affectées par la société qui travaille pour son propre compte ou par des startups de logiciels d’entreprise dans le dernier qui imaginent Amazon. emploie leurs informations pour copier leurs produits et services.

Quand la culture d’entreprise doit être positive

Les domaines les plus alarmants de la disparition étonnante d’Elizabeth Holmes et de son entreprise de dépistage sanguin, Theranos, ont été le courage absolu: comment Holmes a-t-il pu arnaquer de manière aussi flagrante et intentionnelle depuis si longtemps, des actionnaires aux travailleurs de la communauté ? C’est un récit qui continuera à nous captiver. Nous possédons actuellement un documentaire HBO sur le sujet. Néanmoins, à l’avenir, un film, Terrible Blood flow, est basé sur la publication la plus prometteuse de John Carreyou, mettant en vedette Jennifer Lawrence, la vedette. Hulu, entre temps, adapte la séquence d’investigation d’ABC Nightline, The Dropout, comme une séquence mettant en vedette Kate Mackinnon. Pourquoi chacun de l’accent sur le conte Theranos? L’une des raisons pourrait être que des millions d’entre nous tentent néanmoins de savoir comment une entreprise peut proposer un tel simulacre global à 9 milliards de dollars, probablement parmi les plus importants négociants. En tant que personne qui a commencé son activité dans une autre organisation « à problèmes » – Enron – je pense pouvoir fournir un point de vue sur la saga Theranos. En particulier, même si elle est effrayante et déchirante, cette augmentation et ce glissement n’ont rien d’étonnant. En fait, un ouragan idéal d’éléments internes et externes a créé le meilleur climat à Theranos pour permettre à une tradition de fraude de se développer et de se développer. Les choses que j’implique sont d’une part, la Silicon Valley est aujourd’hui un symbole d’innovation – un monde entier où l’ingéniosité est reconnue et où le développement sera l’avant-dernier objectif. Selon les recommandations d’Elon Musk en matière d’introduction en bourse entre Lyft et Uber, «innover, innover, innover» est l’un des principaux slogans, car les entreprises cherchent sans cesse à compléter davantage: générer des revenus bien plus importants, satisfaire les actionnaires et s’implanter sur de nouveaux marchés. Néanmoins, dans l’atmosphère centrée sur l’expansion qui caractérise la vallée, malgré les merveilleuses innovations qui en résultent, et malgré le fait que les organisations développent réellement d’excellents produits qui changent le monde, il est possible aux terribles acteurs célèbres de se comporter de manière horrible sous l’étiquette. d’innovation. À l’opposé, les entreprises doivent désormais regarder au-delà de leurs attentes. Parallèlement, les chefs d’entreprise ont de plus en plus de tension, ce qui leur permet d’indiquer des chiffres exceptionnels et de prendre position sur les préoccupations de l’ensemble du monde. Le résultat est que les demandes d’aujourd’hui pour un contrôle éthique sont remarquables. Et le personnel se concentre: des démarches diverses de Google aux discussions en ligne des employés d’Amazon sur les plans de lutte contre le réchauffement planétaire, on attend de nos jours que les chefs de file ne soient plus votre tête, ni peut-être l’affaire d’une entreprise – mais aussi son système cardiovasculaire et esprit.

Séminaire de Barcelone sur l’intelligence des machines

Les avancées technologiques récentes en matière de protection contre la fraude, les astuces concernant les articles dans l’industrie de la vente au détail en ligne, l’efficacité des voyages et l’augmentation du nombre de diagnostics liés aux soins de santé sont quelques-unes des nombreuses techniques permettant de découvrir que l’application crée une variation dans votre vie. Même dans ce cas, il existe en réalité de multiples types d’apprentissage unitaire, auxquels s’ajoutent une sélection d’ensembles de règles et de moyens particuliers de les appliquer. Avec cette information, nous allons désintégrer deux des types les plus populaires – l’apprentissage contrôlé et non supervisé – et passer en revue leurs différences en utilisant des graphismes amusants et des conditions réelles du monde. Avant de plonger dans les bases des méthodes observées et de la compréhension non supervisée, commençons par évaluer et comparer leurs différences. En ce qui concerne l’apprentissage contrôlé, il existe une «réalité fondamentale» qui signifie fondamentalement que nous avons peut-être appris exactement ce que doivent être les idéaux de production. Les vérités du sol sont de véritables suppositions de la part des communautés que nous comprenons. Par exemple, les chiens de compagnie sont des chiens et les chats sont des chatons et des chats. C’est peut-être une simplification excessive, mais il est important de noter que nous avons été éduqués tôt ou tard dans notre mode de vie et que les machines devront également être formées. Par conséquent, l’intention de l’apprentissage supervisé. Dans notre illustration, nous verrons comment une machine peut être formée pour distinguer les chiens des chatons et des chats. Ci-dessous, nous pouvons facilement savoir comment les balises sont placées dans les informations sur l’éducation afin de fournir une perspective à la formule de votre algorithme d’apprentissage par unité. N’oubliez pas que la machine ne sait pas exactement comment diviser les chats en chiens de compagnie, elle est vraiment au courant de ce qu’elle a appris jusqu’à présent. C’est pourquoi les informations d’instruction et les balises appropriées sont si importantes. Si les informations sont bruyantes ou inappropriées, cela peut affecter la qualité de la découverte du périphérique. Plus le temps et l’énergie investis dans les études surveillées sont meilleurs, plus les résultats seront exacts. Il est improbable que le modèle soit sans aucun doute la première fois, il appartient donc à une personne derrière le produit de le polir. Il existe plusieurs types de découvertes contrôlées, mais deux des très populaires appliqués aujourd’hui sont la catégorie et la régression. L’exemple que nous avons utilisé précédemment mentionné discerner les chiens de compagnie des chatons et des chats est considéré comme une catégorie.

Mieux communiquer

Melinda Gates a développé sa capacité de narratrice simplement parce qu’elle est consciente de ce secret essentiel de la persuasion: les données n’encouragent pas les histoires. Sa nouvelle publication, The Minute of Raise, peut faire de vous un conférencier encore plus convaincant sur tous les sujets, mais il ne s’agit pas d’interaction. La publication a pour but de donner aux femmes les moyens d’améliorer le monde. Par exemple, lors de sa visite en Inde, Gates a été comblé par le nombre de femmes propriétaires d’exploitations agricoles réunissant leurs capacités pour découvrir de nouvelles stratégies. Une femme en particulier a expliqué qu’elle n’était pas en mesure de vivre dans la même propriété que sa mère. Elle n’avait pas assez d’argent pour acheter de la lessive. Elle a rincé avec de la cendre et de la terre. Après avoir régulièrement rencontré le «groupe de personnes qui s’épanouissait» parmi les propriétaires de fermes de sexe féminin, elle a dû acheter de nouveaux produits à base de semences, faire pousser plus de cultures et obtenir de bien meilleurs résultats. La paysanne produisait suffisamment d’argent pour acheter un vélo à son fils. Elle est de retour à la maison. « Vous devez parler de la réputation de la belle-mère? Achetez son vélo à un vélo », écrit Gates. Le récit de l’agriculteur n’est qu’un des nombreux récits déchirants – et motivants – qui complètent les pages du guide de Gates. C’est un récit qui ne peut pas être raconté dans des graphiques et des tableaux. Gateways est un communicateur extraordinaire tout simplement parce qu’elle rassemble des témoignages et des statistiques pour que vous preniez soin de vous. La mise en œuvre de sa méthode peut vous rendre beaucoup plus persuasif sur toute question qui vous enflamme, en particulier si vous souhaitez encourager d’autres personnes à envisager le mouvement.

Les comptes dirigent votre public vers l’action Vous trouverez beaucoup de données dans le guide de Gates. Par exemple, 750 millions de personnes vivent néanmoins dans une pauvreté extrême. Gates fait valoir que les ramasser de la pauvreté signifie donner aux femmes le pouvoir initial. Mais 750 000, c’est simplement une quantité trop grande pour que nous puissions placer notre esprit tout autour. Nous nous déconnectons lorsque nous écoutons des numéros de téléphone importants. Nous nous associons à des comptes. Peu de temps après la facture mensuelle, Gates – le mari et le co-amoureux de Melinda dans les bases de Bill And Melinda Gateways – a jeté un coup d’œil à la publication finie, il a publié dans leur blog: « Ce qui est vraiment remarquable en ce qui concerne le guide est la façon dont Melinda associe sa compétence en matière de données à sa capacité de notifier des histoires extrêmement efficaces sur les filles qu’elle a réalisées.  » Il est approprié. Des années d’écoute de femmes en difficulté extrême ont permis à Melinda de comprendre en profondeur les conditions qui génèrent des inégalités et les problèmes nécessaires pour aider les femmes à prospérer. « C’est la force des témoignages », a publié Melinda Gateways dans un article publié sur Instagram en 2016. « Ils ouvrent grand nos coeurs et nos esprits à un nouveau lieu, ce qui nous fait penser à autre chose, ce qui conduit à des mesures. » Dans The Moment of Raise, les premiers chiffres ne seront pas visibles avant la page 17, bien après que vous ayez entendu des histoires sur, par exemple, les femmes du Malawi qui sont allées à 10 miles de la chaleur pour faire vacciner leurs petits. C’était une « journée difficile pour les filles car leur style de vie était déjà difficile », blogue Gates. Si vous présentez un écran ou créez un enregistrement destiné à encourager les clients à faire mouvement, ne commencez pas par des chiffres. Data pratique un récit. Info facilite un désaccord. Les histoires doivent apparaître initiales.

Expliquez aux récits comment décharger la « molécule morale » Des neuroscientifiques comme le Dr Paul Zak ont ​​découvert que les témoignages apportent des changements positifs dans l’esprit – dans le bon sens du terme. Les histoires nous combinent. Les recherches de Zak portent sur l’ocytocine, le neurochimique chargé de ressentir l’empathie. Zak téléphone appelle l’ocytocine «molécule éthique», car une augmentation significative de l’oxytocine dans le sang rend les gens beaucoup plus nombreux, sans but lucratif et réfléchis. Dans les expériences de laboratoire de recherche de Zak, il a découvert que le moyen le plus simple d’augmenter le taux d’ocytocine chez quelqu’un d’autre est généralement de l’informer d’un récit de réinstallation. Cela ne devrait pas être un délice. Les anthropologues présument que la narration a été une étape majeure du développement individuel. Des contes révélateurs ont éduqué d’autres membres de la tribu et les ont incités à agir les uns avec les autres pour le plus grand groupe de votre groupe. Melinda Gates est une excellente conteuse et cueilleuse narrative. Elle vit dans les quartiers et les résidences des dames qu’elle informe. Elle écoute attentivement et ramène leurs témoignages pour enseigner à toutes celles et ceux dont la vie quotidienne est loin des difficultés rencontrées par les filles. Dans le livre de Gates, il y a beaucoup de témoignages que de statistiques. C’est fait exprès. Si vous souhaitez que votre marché subisse un traitement, exprimer de véritables récits de personnes réelles aura un impact considérable.